Vous le savez très certainement : sur le Web, les internautes ne lisent que très rarement une page dans sa totalité. La plupart du temps, ils la survolent. Une nouvelle étude en eyetracking du Groupe Nielsen Norman (rappelons que Jakob Nielsen est considéré depuis 1994 comme l’expert absolu dans le domaine de l’ergonomie informatique et de l’utilisabilité des sites web) montre que les internautes utilisent 4 motifs principaux pour numériser des informations textuelles sur des pages Web : le motif en F, le motif tacheté, le modèle par couches et le modèle de l’utilisateur engagé.
 

Une lecture différente selon l’objectif recherché

Selon Kara Pernice, l’auteure de cet article, la façon dont les internautes lisent sur le Web dépend fortement de 4 facteurs :
leur tâche, c’est-à-dire leur objectif, leurs hypothèses tirées d’expériences antérieures avec Internet, un site ou une marque, la mise en page, le type de contenu de la page (texte, images…)
 
 

4 modèles principaux de balayage d’une page Web

Dans cet article, l’auteure revient sur les quatre modèles que les utilisateurs utilisent pour « numériser du texte sur le Web ».
Par ordre croissant, d’optimisation, d’efficacité, il s’agit du :
 
  • “modèle en F” : les utilisateurs ont tendance à se concentrer sur les mots vers le début des lignes et vers le haut de la page
  • “modèle tacheté” : l’internaute fixe son attention sur des mots spécifiques ou des morceaux de mots répartis sur toute la page, soit ceux qui se distingue visuellement dans le texte, soit ceux qui ressemblent à un mot que l’utilisateur recherche pour accomplir la tâche en cours .
  • “modèle par couches” : le lecteur se fixe essentiellement sur les en-têtes et les sous-titres de la page.
  • “modèle d’engagement”, ou lecture traditionnelle lorsque l’utilisateur est très intéressé par le contenu.
 
Infographie schéma lecture

 

Quelles conclusions pour la création de contenus sur Internet ?

La lecture a l’écran a sans nul doute ses spécificités. Pour optimiser les chances que vos contenus captent l’attention des internautes, il faut les connaître et en tenir compte. Même s’il est impossible de prévoir de manière certaine comment un internaute réagira face à une page Web donnée, il faut avoir conscience que la façon donc vous présentez un contenu est susceptible de favoriser l’un ou l’autre de ces quatre modèles de schémas de lecture. Et que sur mobile, le lecteur réagira encore différemment…
 
D’après l’article « Modèles de numérisation de texte: preuves de traçage des yeux » par Kara Pernice, « Senior Vice President » de Nielsen Norman Group, le 25 août 2019 https://www.nngroup.com/articles/text-scanning-patterns-eyetracking/